Metaverse : quels bénéfices pour les marques ?

Vers une nouvelle forme d’usage des réseaux sociaux et du web, un monde virtuel interconnecté et en immersion 3D : le metaverse.

Par Mikail Tufan, Consultant webmarketing

La pandémie de Covid-19 et les infrastructures technologiques (processeurs, réseaux, clouds, etc.) de plus en plus performantes ont accéléré le processus de virtualisation de nos usages (télétravail, cours à distance, etc.) Par ailleurs les technologies autour de la réalité augmentée rencontrent un développement fulgurant ces dernières années. Tout ceci nous amène vers une nouvelle forme d’usage des réseaux sociaux et du web : un monde virtuel interconnecté et en immersion 3D. C’est ce qu’on appelle le metaverse.

Convaincue que le metaverse sera l’avenir du web et fort de son expérience dans le social media, Facebook a bien l’intention de prendre part à ce nouveau monde virtuel. La firme entend ainsi mettre en relation les internautes et les marques et devenir un carrefour d’audience incontournable, à l'image des gros acteurs du gaming qui nous laissent déjà entrevoir ce que pourrait être la publicité dans le metaverse : le jeu vidéo Fortnite collabore ainsi déjà avec plusieurs marques dont Balenciaga qui poursuit un triple objectif : faire de la vente d’« items », sortes d’équipements virtuels que les joueurs peuvent faire porter à leurs personnages, faire de la vente physique de sa collection mise en avant dans le jeu à travers un lien vers sa boutique en ligne et booster sa notoriété dans un univers virtuel mondialement connu auprès des jeunes. Il en va de même avec les concerts virtuels d’artistes du monde physique, comme Travis Scott qui se produit virtuellement dans le jeu vidéo.
Fortnite – avec sa communauté de fans, la gratuité de sa plateforme, les expériences utilisateurs multi-joueurs et les contenus créés par les marques à travers des opérations publicitaires – laisse ainsi présager ce que sera le réseau social de demain où l’interaction ne sera pas seulement limitée aux seuls like, partages, commentaires, mais favorisera plutôt l’expérience vécue par l’utilisateur. Le metaverse sera ainsi un univers expérientiel dans lequel les marques participeront en tant qu’acteur et moteur de ces expériences au profit d’utilisateurs interconnectés.

Showrooms virtuels
Pour Facebook, il est clair que le metaverse sera également un moyen de générer de nouvelles recettes publicitaires. Consciente qu’elle doit emboiter le pas dès maintenant, la firme a d’ores et déjà prévue sa marketplace dans le metaverse : les marques pourront y proposer leurs produits du monde physique, mais aussi du monde virtuel en élargissant leurs catalogues afin de répondre aux nouveaux besoins issus du monde virtuel pour une utilisation exclusive au metaverse.
Le metaverse, c’est aussi la possibilité pour les marques de tirer parti du commerce immersif, et de permettre au consommateur de se projeter. L’acteur Shopify (plateforme pour créer des sites e-commerce) travaille déjà sur le développement de l’achat en réalité augmentée à travers des showrooms virtuels permettant de simuler la réalité afin d’en évaluer l’intérêt des utilisateurs pour une meilleure prise de décision dans le monde réel. 

Mais ces mondes virtuels sont également un moyen pour les marques de faire de la communication institutionnelle autour de la RSE : Yves Rocher, dans le jeu Minecraft, mène par exemple une opération de sensibilisation pour préserver la nature à travers la plantation d’arbres dans un monde virtuel.

Reste à savoir ce qu’il en sera des dérives potentielles dans ce monde virtuel. Comment les créateurs de ces écosystèmes vont pouvoir faire face à des menaces potentielles qui peuvent mettre à mal le bon fonctionnement du metaverse (cyberattaques, etc.) ? Se pose également la question des comportements des utilisateurs dans ce monde : verra-t-on une flambée des cyber harcèlements, des problématiques d’addiction au monde virtuel ? Une chose est sûre : nous aurons certainement le temps de répondre à ces épineuses questions, puisque le metaverse ne verra pas le jour avant une bonne décennie. 

Retour en haut